07
Jan

les nanotechnologies nanomédecine robotique communication télémédecine


La Norvège avec à sa tête Trondheim, capital technologique du pays, se positionne dans ce qui pourrait bien être un nouvel eldorado.

Trondheim regroupe trois partenaires de choix : SINTEF, principal organisme de recherche en Scandinavie, l’hôpital ST Olav, et NTNU, l’université norvégienne des sciences et techniques. Trondheim a d’ailleurs accueilli la 22ème conférence internationale de la société pour la technologie et l’innovation médicale (SMIT : society for medical innovation and technology), du 2 au 4 septembre 2010. Cette conférence, faisant état des dernières innovations technologiques médicales, a rassemblé près de 300 chirurgiens, ingénieurs et chercheurs dans les domaines de:
– l’imagerie médicale
– les nanotechnologies et la nanomédecine
– la robotique
– la communication et la télémédecine
– les thérapies mini-invasive
– simulation et formation
– l’assistance par imagerie et suivie thérapeutique
– logistique et flux de travaux « Workflow »
– les nouveautés de l’imagerie par ultrason

Dans ce dernier domaine, la Norvège est à la pointe de la technologie au niveau international. La coopération étroite entre les trois principaux partenaires impliqués dans la recherche sur Trondheim a permis de développer un pôle reconnu internationalement dans les domaines de l’assistance et du guidage par imagerie et de l’imagerie par ultrason. La Norvège a d’ailleurs un atout de poids dans ce domaine : une grande transdisciplinarité qui lui permet de faire collaborer clinicien et technicien.
Parmi les dernières avancées il faut citer une des principales innovations de l’année 2009 : Vscan. Commercialisé depuis début 2010, il s’agit d’un échographe portable, d’un poids de moins de 400g, permettant d’obtenir une qualité d’image encore sans précédent pour ce type de produit. Classé 14ème invention la plus importante de l’année 2009 par le Time Magazine, Vscan fut développé par des chercheurs de NTNU, de SINTEF et de l’hôpital St Olav en coopération avec GE Vingmed Ultrasound, filiale norvégienne de GE Healthcare. Présenté officiellement par le PDG de General Electric en personne, Vscan a reçu le prix de l’année du journal norvégien de technologie : Teknisk Ukeblad. Ces applications sont très nombreuses, de la détection de thrombose veineuse au dysfonctionnement cardiaque ; et sa taille lui permet d’être utilisé presque partout (ambulances, consultations médicales, hôpitaux …).

Parmi d’autres produits développés récemment on peut retenir l’innovation d’une société spin-off de SINTEF : SONOWAND. Produit à 25 exemplaires pour le moment, dont un disponible en salle d’opération de l’hôpital St Olav, Sonowand est un système de guidage par imagerie permettant au neurochirurgien de se situer précisément et en tant réel dans le cerveau de son patient. Des images obtenues par ultrasons pendant l’opération permettent de compléter les images préopératoires provenant d’IRM ou de scanner. Le chirurgien gagne en spontanéité avec l’imagerie par ultrason ce qu’il perd en contraste avec l’IRM. Ce système est en plus associé à un système de suivi afin de surveiller l’évolution des tissus, de montrer en permanence la position des outils chirurgicaux et d’aider la progression du chirurgien à l’intérieur du cerveau jusqu’aux lésions. Grâce à une précision de l’ordre du millimètre, cette technologie permet de limiter la taille des ouvertures chirurgicales et de réduire le temps de convalescence.

La société norvégienne Laerdal, leader mondial dans le domaine des mannequins de simulation, est également intéressée par l’imagerie par ultrasons et teste actuellement des mannequins simulant des examens échographiques. Laerdal en collaboration avec SINTEF, NTNU et l’hôpital St Olav, et avec le soutien du conseil norvégien de la recherche, tente d’intégrer des simulations échographiques dans ces mannequins. Ces simulateurs pourraient être utilisés à des fins de formations d’urgentistes ou bien encore d’autres personnes de santé : ambulanciers, personnel sanitaire de l’armée… Comme l’indique Reidar Brekken, chercheur à SINTEF,  » il s’agit de voir les bonnes images et d’être en mesure de repérer ce qui est important rapidement « . Pour mettre au point ces mannequins, les chercheurs rassemblent des images de scanner provenant de vrais patients. Ces images sont ensuite traitées informatiquement afin de ressembler le plus possible à des images d’échographie, puis ces images sont intégrées dans le mannequin et grâce à un système de positionnement, on peut obtenir ces images lors du passage de la sonde d’échographie. Avec cette technologie développée depuis 2006,

Source :
– Article du Teknisk Ukeblad (norvégien): Olsen, S.J. 2010. I teten på ultralyd. Teknisk Ukeblad n°2910, 23/09/2010, p. 30-35.
– Site internet de la SMIT (anglais): http://www.smit.de/
– Site internet de la 22ème conférence de la SMIT (anglais): http://www.trondheim.cc/smit2010/
– Site internet de la société SONOWAND (anglais): http://www.sonowand.com/
– Site internet de la société Laerdal (français): http://www.laerdal.fr/
– Site internet de GE Healthcare, page concernant le Vscan (français) : http://redirectix.bulletins-electroniques.com/sDrLk

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Leave your comment