16
Déc

L’ultime tabou


La Lettre du Psychiatre aborde un problème rarement évoqué, voire « tabou », l’éventualité d’abus sexuels « perpétrés par des femmes sur des enfants. » Ce sujet « émerge progressivement dans la littérature depuis une dizaine d’années », mais sa prévalence réelle reste mal connue : comprise entre 1 et 5 % de l’ensemble des agressions sexuelles sur des mineurs, elle est « probablement sous-évaluée », vu cet aspect tabou et la difficulté pour recueillir des témoignages. [...]

Comments are closed.